Capitaliser sur le Cloud pour alimenter l’entreprise orientée données

4


5

Aujourd’hui, la valorisation des données est sans nul doute le premier défi et la première opportunité que rencontrent les organisations. L’heure est venue de repousser les limites et d’optimiser tout le potentiel de la transformation numérique et de son avancée ces deux dernières années. Il s’agit d’ouvrir la voie à des avantages globaux, au-delà des performances, de la croissance, de l’agilité et de l’innovation, afin d’intégrer la durabilité, le bien-être, la sécurité et l’inclusion à tous les espaces de travail. Tout cela constitue la quintessence d’une entreprise qui intègre le partage des valeurs.

Emprunter cette voie implique de devenir une organisation orientée données, ce que l’entreprise doit réussir indépendamment du site de stockage des données (datacenter, Cloud privé, local de colocation ou périphérie). Si les données s’inscrivent comme premier moteur de changement, pourquoi la voie de la transformation vers une entreprise orientée données paraît-elle aussi sinueuse à de nombreuses organisations (PME ou autres) et, point essentiel, comment pallier le problème ?

Une récente étude réalisée par Forrester à la demande de Dell Technologies a pointé du doigt ce casse-tête. Même si de nombreuses entreprises sont convaincues d’être orientées données, la réalité est toute autre : bon nombre d’entre elles ignorent le caractère capital des données et ne privilégient pas leur utilisation. En parallèle, les entreprises collectent les données plus rapidement qu’elles ne peuvent les gérer, les analyser et les utiliser. Elles exigent toujours plus de données que leurs capacités ne leur permettent.

En outre et même si de nombreuses entreprises reconnaissent les avantages des modèles « as-a-service », seule une poignée d’entre elles ont engagé une transition complète en la matière. Mais l’impact ne s’arrête pas là : ces problèmes de gestion se traduisent à leur tour par un ralentissement des efforts de valorisation des données émergentes et de leur exploration par l’IA.

Comment pouvons-nous combler le fossé entre objectif, perception et action ? À l’ère de la convergence technologique et des partenariats entre écosystèmes, la puissance du Cloud (et encore plus du multicloud) est devenue essentielle, en particulier face à la nécessité de disposer d’un espace d’intelligence en temps réel centralisé, à la fois actif et agile.

Les équipes IT peuvent ainsi instaurer et entretenir des bases de gestion des données aussi robustes que flexibles, tout en garantissant un déploiement optimal du développement d’applications et des charges applicatives. Une étude révèle que si plus de 89 % des entreprises (Flexera) appliquent aujourd’hui une stratégie multicloud, elle n’est pourtant pas exploitée à son juste potentiel face à des enjeux comme la complexité d’intégration, les écarts de compétence et surtout, les coûts. Une analyse indique que pour 60 % des DSI (Accenture), l’optimisation des dépenses pour le Cloud est devenue hautement prioritaire, avec des dépenses inutiles généralement estimées à 32 % (Flexera).

Mais cela peut changer. L’appréciation des tendances actuelles du Cloud et de l’informatique en général peut orienter le processus de prise de décisions liée à la transformation numérique de l’entreprise, la sélection des fournisseurs et des technologies, ainsi que les stratégies de prévision des coûts et d’investissement d’une organisation en vue de soutenir les jalons suivants de la transition vers le Cloud.

Ainsi, un modèle de tarification par abonnement peut soutenir le FinOps et aider l’organisation à améliorer la prévisibilité des coûts du Cloud ainsi que sa visibilité sur l’utilisation des ressources Cloud. Cela permet également de renforcer l’efficacité de la consommation et d’intégrer dès le départ les considérations en matière d’environnement, de responsabilité sociale et de gouvernance (ESG), au même plan que les coûts, pour un réel partage de valeurs.

Enfin, l’élimination des points de défaillance uniques et la normalisation d’un ensemble cohérent d’outils familiers (renforcée par la formation personnalisée à certaines compétences Cloud accessibles au-delà des rôles technologiques) peuvent faire la différence. Selon l’étude Breakthrough réalisée par Dell Technologies, il est essentiel de savoir apprécier les comportements humains et les préférences d’apprentissage pour tirer pleinement parti des évolutions technologiques.

L’élimination des obstacles à la transformation numérique intervient à l’intersection de l’humain et des technologies. Pour les entreprises, l’heure est venue d’utiliser une technologie évolutive pour résoudre le casse-tête des données en profitant du support dédié à votre transition, quels que soient le point de départ, la criticité et la taille de l’organisation. En savoir plus sur la façon dont Dell Technologies et VMware associent l’agilité du Cloud public à la sécurité des solutions sur site pour fournir des plates-formes de Cloud hybride.

À propos de l’auteur

Dr. Sally Eaves est une directrice de la technologie hautement expérimentée. Elle est professeur en technologies avancées et conseillère stratégique globale en matière de transformation numérique spécialisée dans l’application des technologies émergentes (en particulier l’IA, le Cloud, la 5G, la sécurité et l’IoT) pour la transformation de l’entreprise et de l’IT à l’échelle, dans le respect de l’impact social durable.

Conférencière internationale et autrice, Sally Eaves a été la première lauréate du prix Frontier Technology and Social Impact des Nations Unies. Considérée comme le porte-flambeau des technologies éthiques, elle a fondé Aspirational Futures pour améliorer l’inclusion, la diversité et l’appartenance au sein du monde technologique et au-delà. Sally Eaves est également présidente du Global Cyber Trust, du groupe de réflexion leader GFCYBER.