Optimiser l’exploitation du multicloud

3


10

Le multicloud consiste à recourir à plusieurs Clouds. Les entreprises qui adoptent cette approche profitent d’une meilleure agilité et d’une réduction des coûts, car elles peuvent choisir et personnaliser les services Cloud en fonction de leurs besoins, ce qui fait que les DSI y ont de plus en plus recours aujourd’hui.

L’enquête réalisée par Flexera en 2021 sur l’état du Cloud, State of the Cloud, a révélé que 84 % des organisations utilisent plusieurs Clouds, soit une augmentation de 3 % par rapport à l’année passée. Dans le même temps, une enquête menée par Forrester pour le compte de Virtustream, une société de Dell Technologies, constatait que 86 % des décideurs dans le domaine de la stratégie Cloud et de la gestion des applications estiment que la stratégie Cloud de leur entreprise est « multicloud », 32 % affirmant même utiliser plusieurs Clouds privés et publics pour différentes charges applicatives.

Les avantages du multicloud

De nombreuses raisons ont motivé le choix des entreprises pour cette approche multicloud.

D’après Gartner, le multicloud présente une meilleure agilité, une baisse de la dépendance envers un fournisseur, l’amélioration de la disponibilité ou des performances, ou encore la prise en compte de la souveraineté des données, des exigences réglementaires et des coûts de main-d’œuvre. Il est impossible d’affirmer qu’un produit ou fournisseur de Cloud est parfait, et il est donc préférable de tirer profit des avantages de plusieurs Clouds, comme posséder deux Clouds différents à des fins de sauvegarde en cas de faillite.

Même si les avantages d’une approche multicloud sont nombreux, les DSI préfèrent réaliser des audits et harmoniser l’expansion du Cloud, sans nuire à l’agilité de leur entreprise ou à son esprit avant-gardiste. Ils veulent aussi s’assurer qu’ils disposent du niveau de contrôle approprié sur la stratégie multicloud.

Les responsables informatiques adoptent une approche multicloud principalement à cause de la propagation de l’« informatique fantôme », où les collaborateurs et autres départements utilisent des services et des applications Cloud sans la validation de l’organisation ni de l’équipe de gestion informatique. Un environnement multicloud non supervisé est ainsi créé par défaut. Il n’est donc pas surprenant que, d’après IDC, le plus grand défi que la plupart des entreprises doivent relever au niveau de leur datacenter soit le développement d’une stratégie multicloud fructueuse.

Dès lors, comment s’attaquer à la complexité du multicloud avant qu’il ne soit trop tard ?

Faire appel à plusieurs fournisseurs de solutions IaaS et SaaS, et à plusieurs services de Clouds publics peut s’avérer fastidieux. La plupart des services peuvent sembler similaires, mais différer en termes de coûts, de provisionnement et de savoir-faire technique. Les entreprises doivent donc commencer par définir leur stratégie de transformation et leur infrastructure Cloud, ainsi qu’établir un calendrier de lancement et un dossier commercial.

Pour ce faire, les DSI doivent s’interroger sur les fournisseurs et produits qu’ils utilisent dans leurs différents départements. Ils doivent déterminer leurs attentes en matière de performances, de sécurité, de disponibilité, d’opérations et d’interopérabilité, mais aussi tester et sélectionner les services appropriés. Ces services doivent ensuite être répertoriés, ce qui permettra aux organisations d’envisager les outils et les processus à mettre en place pour gérer la stratégie multicloud.

Il peut s’agir notamment d’outils de gestion Cloud intégrés pour simplifier la gestion de plusieurs Clouds.

Les conteneurs, par exemple, permettent de résoudre le problème de l’interopérabilité, car les environnements logiciels ne sont pas identiques entre les différents Clouds. En effet, une plate-forme d’applications élimine les différences entre les distributions de systèmes d’exploitation et l’infrastructure sous-jacente en les exécutant dans des conteneurs. Il est donc possible d’isoler des processus du reste du système, afin de simplifier les transferts entre les différents Clouds et d’assurer une certaine cohérence au niveau du développement, des tests et de la production. Les développeurs peuvent ensuite tester leurs applications sur plusieurs systèmes d’exploitation et se protéger contre les défaillances. Ainsi, si l’application devait tomber en panne, seul le conteneur serait affecté, et non le système d’exploitation. En outre, les conteneurs peuvent être mis en cluster afin de faire évoluer des services, tout en améliorant leur robustesse. Les organisations peuvent alors mettre à jour tous les services sans placer toute l’application hors ligne. Les conteneurs sont souvent cités comme étant la meilleure solution pour exécuter des applications basées sur des microservices, mais ils sont aussi utilisés pour l’infrastructure et les piles d’applications classiques.

Un maillage de services est un autre outil bien utile aux organisations qui veulent obtenir une vue d’ensemble du multicloud. Même si les bibliothèques de microservices peuvent gérer les communications entre services, un département peut potentiellement faire évoluer ces microservices et y ajouter des fonctionnalités. Les développeurs auront dès lors davantage de travail pour prendre en charge les demandes plus nombreuses, et ne disposeront pas d’une vue globale du trafic. Un maillage de services peut jouer le rôle de structure logique pour déployer et connecter des microservices, favorisant ainsi la standardisation. Cependant, même s’il est possible de mettre en place un maillage de services entre différents Clouds, une expertise technique très poussée est nécessaire pour comprendre comment déployer la technologie dans un cas particulier.

Le rôle des CASB

Les organisations peuvent aussi envisager des CASB (Cloud Access Security Brokers) pour assurer la sécurité des données et des applications dans cet environnement multicloud. Les fournisseurs dépensent des millions dans le domaine de la sécurité IT, mais les entreprises multiplient les risques pour la sécurité des applications en utilisant plusieurs Clouds. Les CASB peuvent les aider à simplifier la mise en œuvre des politiques et de la couverture dans une architecture multicloud.

Alors que les métiers peuvent considérer l’approche multicloud comme une entrave à leur liberté, les DSI doivent leur expliquer que c’est tout le contraire, et que cette approche permet à l’entreprise d’accéder à bien plus de services qu’auparavant. Cependant, ils doivent aussi se repositionner pour devenir davantage des « conseillers IT » que des « acheteurs IT ». Ils doivent être capables d’écouter les besoins d’autres responsables métier en matière de Cloud et donner leur point de vue sur les exigences techniques nécessaires dans une approche multicloud.

La puissance du Cloud: impact sur les applications

Le Cloud est de plus en plus indispensable pour la transformation de l’entreprise. En tirez-vous parti pour optimiser vos résultats ?

Dans le cadre d’une nouvelle étude, IDG a consulté des dirigeants et responsables informatiques d’entreprises de la zone EMEA pour étudier l’impact des environnements Cloud sur leur activité.

Voir l'infographie

En savoir plus sur les solutions Dell Technologies et VMware APEX Cloud Services – Cloud-as-a-service | Dell Technologies France

Découvrez comment les DSI réagissent rapidement suite à une interruption et découvrez si votre organisation pourrait bénéficier d’une approche multicloud.

Lire le livre blanc.