Qui contrôle vos données ?

5


6

Ces cinq dernières années, de nombreuses organisations ont déplacé leurs données et leurs applications en se précipitant dans le Cloud public. À l’époque, cette mesure semblait logique. Pourtant, alors que les départements IT et les grandes organisations acquéraient une expérience et des connaissances approfondies des services Cloud, il est apparu que le stockage des informations stratégiques de l’entreprise dans les services Cloud publics comportait certaines lacunes. Aujourd’hui, grand nombre de ces données sont retirées des services Cloud publics pour être hébergées dans une infrastructure Cloud hybride ou dans des datacenters sur site. Selon une récente étude IDC, 80 % des organisations prévoient de rapatrier leurs charges applicatives.

Même si la sécurité demeure une préoccupation, elle n’est pas le seul moteur de cette tendance. Quatre autres facteurs déterminants poussent à repenser le stockage de données dans le Cloud public :

·        L’accès rapide et cohérent aux données : l’intégration de données en temps réel devient la norme, car le nombre de nouvelles applications qui utilisent les microservices ou Kubernetes ne cesse d’augmenter. Or, cela est impossible sans l’accès aux données nécessaire. En outre, de nombreuses organisations mettent en place une couche de données pour utiliser leurs ressources de données au sein de l’entreprise, ce qui exige une visibilité, une mobilité et un accès exhaustifs. Certains services Cloud publics ne sont pas à la hauteur du défi.

·        La nécessité d’une mobilité des données améliorée : les données étant recombinées de nombreuses nouvelles manières, elles ne doivent pas être rattachées à un seul silo d’applications. Mais la mobilité peut être limitée lorsqu’un silo se trouve dans un Cloud public. La clé pour améliorer la mobilité est de déplacer les données dans une infrastructure Cloud unique, cohérente et hybride.

·        Les exigences croissantes en matière de conformité, de droit et de réglementation : depuis l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données de l’Union européenne (RGPD) en 2018, d’autres juridictions du monde ont promulgué leurs propres cadres et lois en matière de confidentialité. Ainsi, les organisations ont été amenées à repenser l’emplacement et les modes de stockage des données. Elles ont alors découvert que les équipes de gestion d’entreprise avaient signé des contrats Cloud sans connaître précisément les exigences en matière de conformité et de réglementation. Leur conclusion : de nombreux services Cloud publics n’offrent pas la visibilité ni le stockage local nécessaires pour répondre aux cadres actuels et futurs en matière de conformité et de réglementation. Les organisations qui souhaitent simplifier la conformité sont bien plus susceptibles de rapatrier leurs données.

·        Le coût : plusieurs problèmes ont remis en cause l’efficacité du stockage de données dans les services Cloud publics. Selon une récente étude de la société de capital-risque Andreesen Horowitz, les entreprises qui opèrent à l’échelle pourraient voir leurs coûts doubler en utilisant le Cloud public. De plus, les frais liés à l’extraction des données des services Cloud ont surpris et contrarié de nombreuses organisations. Un récent article CIO a relevé un cas pour lequel les frais d’extraction des données étaient quatre fois supérieurs au niveau attendu.

D’autant que les solutions Cloud sur site et hybrides ont connu des avancées majeures et s’inscrivent désormais comme des alternatives compétitives au stockage dans le Cloud public.

Les nouvelles solutions technologiques hybrides et sur site changent la donne

Lorsque les services Cloud publics sont entrés dans l’arène, leurs avantages économiques et opérationnels offraient un atout considérable par rapport aux infrastructures existantes. Cependant, ces différences se sont considérablement réduites depuis. Les plates-formes opérationnelles améliorées pour les solutions hybrides et sur site (VMware Cloud Foundation, par exemple) lissent ainsi les différences de vitesse et d’utilisation. Elles offrent aux départements IT un environnement opérationnel unique et complet pour différentes ressources IT.

Comme Dell, les principaux fournisseurs d’infrastructure ont introduit des programmes qui offrent une tarification basée sur l’utilisation identique à celle du Cloud, un déploiement matériel qui s’avère considérablement plus rapide (du double) que les processus existants et une gestion automatisée des activités opérationnelles (application de correctifs, par exemple). Tout cela est disponible à des coûts tout aussi prévisibles que ceux des services Cloud. En bref, il est désormais possible de mettre en œuvre une infrastructure Cloud hybride ou sur site comme un service Cloud public. Similaires au Cloud, ces solutions gomment les avantages du Cloud public et offrent à l’organisation un contrôle bien plus important.

En parallèle, l’utilisation de services Cloud publics disparates et autonomes crée des problèmes qui se répercutent sur la transformation numérique de l’entreprise de nouvelle génération. Par exemple :

·        Les silos de données : les entreprises d’aujourd’hui souhaitent que leurs données soient traitées comme une ressource d’entreprise qui sera réutilisée et partagée entre de nombreuses applications différentes. Dans certains cas, l’utilisation de services Cloud publics génère des silos de données qui renforcent la complexité et le coût de leur réutilisation dans de nouvelles charges applicatives.

·        La latence : contrairement aux données Cloud sur site ou hybrides, les données Cloud sont généralement synonymes de latences. Cela peut entraîner des problèmes de synchronisation. D’autant que la latence des services Cloud publics est inacceptable pour les nouvelles applications (industrie 4.0, réseaux de capteurs, RA/RV, etc.) qui exigent que l’infrastructure en périphérie fonctionne correctement.

·        La visibilité : même si la quasi-totalité des services Cloud publics sont dotés d’outils de visibilité des données, ceux-ci fonctionnent généralement mal avec les outils utilisés dans les infrastructures Cloud hybrides ou sur site. Lorsque la visibilité des données ne peut pas être automatisée avec une solution unique, son impact sur les équipes de développement et d’exploitation est négatif.

·        L’incohérence : la tendance stratégique numéro un de l’exploitation IT est sans doute l’automatisation des opérations. La plupart des tâches quotidiennes d’exécution de l’infrastructure seront bientôt traitées par logiciel. Lorsque l’intégration des services Cloud publics aux outils d’automatisation n’est pas fluide, des exceptions se produisent et nécessitent une intervention humaine, ce qui efface les avantages de l’automatisation.

Les solutions de stockage APEX de Dell Technologies offrent une infrastructure de stockage moderne dans le Cloud

Signée Dell Technologies, l’offre APEX apporte une solution révolutionnaire pour conférer aux déploiements Cloud sur site et hybrides toute la flexibilité, la rentabilité, la rapidité et la fiabilité du Cloud public. Elle propose un modèle de tarification pay-as-you-go, de sorte à offrir de nouveaux niveaux de rentabilité. À la différence des approches existantes, elle est également conçue pour réduire considérablement le temps de déploiement d’une infrastructure de stockage supplémentaire. Cette solution prend en charge les modèles multipériphéries et multiclouds qui répondent aux problèmes de latence des données et fournissent le contrôle nécessaire pour satisfaire aux exigences de souveraineté des données. Elle offre également la flexibilité nécessaire pour répondre aux exigences de conformité actuelles et futures en matière d’informations personnellement identifiables (PII) et de données sensibles.

La validité de cette nouvelle offre a été documentée dans une récente enquête IDC menée auprès de clients APEX. Celle-ci a identifié les avantages suivants :

·        39 % d’entre eux ont indiqué une baisse des coûts d’exploitation sur trois ans

·        60 % d’entre eux ont indiqué un déploiement plus rapide des ressources IT

·        88 % d’entre eux ont indiqué une réduction des interruptions de service non planifiées

·        38 % d’entre eux ont indiqué une hausse de l’efficacité des équipes d’infrastructure IT

·        34 % d’entre eux ont indiqué une réduction de la capacité de la mémoire tampon

En savoir plus sur les solutions Dell Technologies et VMware: https://www.delltechnologies.com/fr-fr/solutions/vmware/index.htm#tab0=0'

En savoir plus sur les solutions Dell Technologies et VMware APEX Cloud Services – Cloud-as-a-service | Dell Technologies France