Gestion du retour au bureau : le facteur humain

6


13

L’ère du travail hybride est arrivée. Les leaders d’entreprise doivent remettre en question certaines hypothèses ancrées s’ils veulent aider leur organisation à s’adapter à une nouvelle réalité dans laquelle près de la moitié de leurs collaborateurs peuvent télétravailler un jour donné.

Motivée par l’expérience de la Covid-19, l’évolution des mentalités à l’égard du télétravail a été spectaculaire. Selon une récente étude de Deloitte, pour 55 % des professionnels des ressources humaines, au moins la moitié de leurs collaborateurs devrait télétravailler dans un avenir proche, contre seulement 13 % avant la pandémie. Pour Forrester, seulement 30 % des sociétés vont opter pour un retour complet au bureau après la crise.

Les collaborateurs y sont favorables, comme en témoignent les 56 % qui ont indiqué à PwC préférer télétravailler au moins deux jours par semaine à l’avenir. Plus de la moitié des professionnels interrogés par YouGov et USA Today au début de la pandémie ont déclaré que le télétravail avait dynamisé leur productivité grâce à la diminution des trajets et des distractions. Selon une étude Vanson Bourne réalisée à la demande de Dell et de VMware, plus de deux tiers des télétravailleurs ont déclaré que leurs niveaux de stress avaient diminué. Pour les trois quarts d’entre eux, les liens personnels avec les collègues se sont renforcés au cours de l’expérience.

Les plus grands obstacles à l’adoption du travail hybride reposent sur un ensemble de défis culturels et techniques. Le télétravail était un avantage occasionnel accordé aux employés en charge de tâches administratives ou de rapports. Pour participer à des réunions, les systèmes élémentaires d’audioconférence utilisés leur donnaient peu l’occasion d’évaluer la dynamique de la salle ou même d’être entendus.

Des collaborateurs entièrement intégrés

À l’avenir, les télétravailleurs devront être entièrement intégrés aux collaborateurs. De nos jours, nombreux sont les experts du monde du travail qui pensent que les réunions de demain devront se dérouler en visioconférence, même si la plupart des personnes se trouvent dans la même salle. Les pauses-café, les happy hours et les séances d’exercice virtuelles nées pendant la Covid-19 doivent devenir un dispositif utilisé par les collaborateurs pour se détendre et interagir comme ils le feraient au bureau. Durant la journée de travail, ces pauses naturelles sont essentielles au regard des conclusions d’une enquête menée par le réseau professionnel anonyme Blind en avril 2020, selon laquelle 73 % des quelque 7 000 télétravailleurs ont déclaré souffrir d’épuisement professionnel.

La technologie fait partie de la solution. Là où la visioconférence a rapproché les collaborateurs, les outils logiciels collaboratifs ont prouvé que les télétravailleurs pouvaient participer pleinement en tant que collaborateurs, même aux projets les plus complexes. Les leaders d’entreprise y sont favorables, comme l’ont confirmé près de trois quarts d’entre eux qui ont indiqué à PwC qu’ils avaient l’intention d’augmenter leurs investissements dans les outils de collaboration virtuelle. Qui plus est, 64 % d’entre eux ont déclaré former leurs commerciaux sur la gestion d’un nombre accru de collaborateurs virtuels.

Adopter le travail hybride impose d’adapter les mentalités, de sorte à accepter les télétravailleurs en tant que pairs. Dans certains cas, cela nécessite de modifier en profondeur le monde du travail. Le nouveau concept appelé « espace de travail basé sur la typologie d’utilisateurs » vise à adapter les bureaux, les plannings et les tâches aux atouts et aux besoins des personnes. Il suppose de disposer d’une structure de télétravail et de fournir aux collaborateurs la technologie dont ils ont besoin pour travailler, où qu’ils se trouvent.

Les leaders d’entreprise réalisent déjà le retour de collaborateurs plus flexibles. Pour deux tiers des personnes interrogées dans le cadre de l’étude Vanson Bourne, les options de télétravail vont simplifier le recrutement de talents. Plus de la moitié d’entre elles ont déclaré envisager de réduire leurs investissements dans les espaces de bureau au cours des 12 prochains mois.

La conviction selon laquelle les collaborateurs doivent faire un choix entre travailler dans un bureau ou à domicile est en passe de devenir une relique de l’ère industrielle. La plupart des professionnels du savoir passent la majorité de leur temps devant leur ordinateur, au téléphone et en réunion. Avec les outils et le soutien qui conviennent, ces activités peuvent être menées partout. À l’avenir, les entreprises qui se développeront seront celles qui équiperont leurs collaborateurs de sorte à travailler au mieux, où qu’ils se trouvent.

En savoir plus sur les solutions Dell Technologies et VMware APEX Cloud Services – Cloud-as-a-service | Dell Technologies France